Téléphone

04.26.31.87.98.

E-mail

iserl@univ-lyon2.fr

HMC

  • HMC n° 39 : Laïcité, faits religieux et travailleurs sociaux (oct. 2016)

    HMC39 Laïcité, faits religieux et travailleurs sociaux

    Volume sorti en février 2017.

    Le travail social se trouve confronté depuis plusieurs années à l’affirmation revendiquée des appartenances religieuses, entre autres parmi les jeunes musulmans. Ces derniers obligent à mettre en œuvre la laïcité dans un contexte auquel les professionnels n’ont pas toujours été préparés.

    Le dossier s’arrête d’abord sur le regard que notre société porte sur ces évolutions à travers le diagnostic de radicalisation dont il  discute la pertinence et les effets. Puis il se place du côté de travailleurs sociaux et d’enseignants qui disent leur perception de ces manifestations du religieux, leurs réactions, leurs pratiques. Personnels investis dans la prévention, accompagnateurs de personnes chargées de l’aide à domicile, assistants sociaux, ils témoignent de leurs difficultés mais aussi de leurs initiatives. Par eux-mêmes et à travers leur collaboration avec des spécialistes en sciences humaines et sociales, ils montrent comment ces réalités nourrissent leur réflexion et font évoluer leur pratique.

    Revendications d’identité de jeunes en voie de marginalisation, conversions où s’entremêlent révolte et volonté de combler un vide, comparaison entre les pratiques recommandées aux enseignants en France et à Berlin, brouillage de la frontière entre sphère publique et privée pour ceux qui accompagnent les familles : autant d’entrées pour prendre la mesure de la complexité des situations et inventer collectivement des réponses.

    Voir le site des Éditions KARTHALA

  • HMC n° 32 : Les religions à l'école

    Histoire, Monde et Cultures religieuses, n° 32, décembre 2014

    HMC 32 COUVERTURE

    Volume sorti en mars 2015.

    Le dossier est issu d’un colloque organisé par le Laboratoire Éducation, Cultures, Politiques et l’Institut supérieur d’études des religions et de la laïcité (Iserl) de Lyon, en association avec l’Institut européen en sciences des religions (Iesr) de Paris. Au point de départ, un étonnement face à des dynamiques contradictoires : d’un côté une expression plus importante des religions dans l’espace public (dont l’école), de l’autre d’incessants rappels sur la nécessité de limiter leur emprise sur ce même espace public qu’elles menaceraient. Par ailleurs on peut constater une profusion de discours idéologiques, institutionnels ou prescriptifs sur la question des religions à l’école qui sont décalés par rapport à des pratiques très hétérogènes.

    Alors que se multiplient les prises de position qui ignorent largement l’histoire et n’interrogent pas les catégories utilisées pour aborder les religions, le(s) fait(s) religieux, la laïcité, les enquêtes empiriques s’avèrent peu développées ou méconnues. Elles devraient pourtant constituer un préalable à tout débat. En revenant sur la construction de la laïcité à travers l’histoire de l’école, le dossier contribue à en éclairer les fondements et les points à préciser dans le contexte d’aujourd’hui. En abordant des points qui font difficulté dans le quotidien de l’école, que ce soit dans la vie scolaire (restauration) ou dans l’enseignement, il entend redonner toute sa place à l’observation. En s’ouvrant au Québec et à la Suisse, il relativise la spécificité prêtée à la situation française et met en évidence le caractère international des questions que pose aujourd’hui la place des religions à l’école.

  • HMC n° 40 : Acteurs religieux et changements climatiques (Déc. 2016)

    HMC n° 40 : Acteurs religieux et changements climatiques

    Volume sorti en mai 2017.

    La question climatique dans un monde globalisé est devenue une question centrale.  Le dossier est issu d’un colloque consacré aux acteurs religieux, en l’occurrence chrétiens, face aux changements climatiques. Pour le christianisme, la question du climat n’est pas une nouveauté mais la manière de l’aborder ne cesse pas de se transformer.

    Comme dans toutes les religions abrahamiques, dès la Création, le climat est étroitement lié au plan divin.  Entre nostalgie du Paradis, moment d’équilibre et d’harmonie interrompu par la faute originelle, et crainte du Déluge, expression de la colère divine, le croyant a cherché à se tracer une voie qui le protège et à donner un sens aux dérèglements de la nature.

    Mais au fil des mutations socio-culturelles, la référence au religieux évolue et le discours s’adapte comme en témoigne l’encyclique Laudato si’ du pape François (2015). L’explication par une sanction divine fait  place à la  volonté de cerner scientifiquement les causes et de contribuer à une éthique universelle dans une perspective écologique. Et la religion trouve dans cet engagement de nouvelles énergies.

    Voir le site des Éditions KARTHALA