Téléphone

04.26.31.87.98.

E-mail

iserl@univ-lyon2.fr
  • Les Ressources

    Bibliographies, notes de lectures & exercices dédiés aux étudiants.
Éditeur: Halfa
Pages: 170
Lieu: Perpignan
Année: 2015

Notes de lecture

Écrit par Claude Prudhomme

L’obsession de l’identité ne cesse d’enfler dans nos sociétés européennes confrontées à une mondialisation dont elles découvrent qu’elle les met à nouveau face à des questions qu’elles croyaient résolues. Mais que désigne l’identité ? Pour l’auteur, enseignant-chercheur à l’Université de Saint Louis (Sénégal), on en parle tant et si mal qu’on ne se donne même plus la peine de savoir « ce que c’est ». Le mot fonctionne comme une valise, on y met tout ce que l’on ne parvient pas à expliciter ou que, par commodité ou malhonnêteté, on ne souhaite pas faire savoir. Ce terme est idéologiquement chargé et politiquement connoté à tel enseigne que maints scientifiques l’ont rayé de leur vocabulaire.

Cet essai se présente comme un état des lieux de la question dans une perspective critique et innovante. Il ne se contente pas de revisiter les connaissances acquises sur « ce qu’est l’identité », mais se propose également de repenser ce phénomène à l’aune de nos conditions historiques. Il s’efforce à travers ce questionnement, de renouer ou de se réconcilier avec ce terme qui peut conduire aux pires crimes ou aux médiocrités ordinaires du racisme et de la phobie de l’autre.

Fondé sur l’expérience de terrains différents et donc des cas concrets, le livre décline avec optimisme une série de propositions théoriques afin de rompre avec une lecture essentialiste du fait identitaire. L’identité n’est pas une essence définie par des caractéristiques figées qui collent aux peuples comme autant de stéréotypes insurmontables. Elle est un processus de découverte et de construction de soi dans la relation aux autres. Ainsi que l’écrit dans sa préface Ahmed Ben Naoum, professeur émérite de l’Université de Perpignan, « l’identité politique reste, pour le sociologue Id Yassine, une représentation vécue de soi comme nation, nationalité, communauté, tribu, clan et, en ultimes réductions, famille et dans la famille, la personne. En réalité dans le texte méthodologique que je lis, il est montré qu’il n’existe pas de représentation de l’identité, parce que celle-ci n’est rien d’autre que sa représentation… il est, dans le même temps, dénié la réalité de cette dernière comme relative ou relationnelle. Elle est un rapport à l’autre, un rapport social : la construction d’une différence ».