Téléphone

04.26.31.87.98.

E-mail

iserl@univ-lyon2.fr
  • L'Institut

    Toutes les informations sur l'ISERL
logo-unil

L'Institut Religions, Cultures, Modernité (IRCM) constitue une unité scientifique propre, dont les problématiques, les méthodes et les thématiques s'inscrivent dans le cadre des sciences humaines renouvelées par l'apport des sciences sociales (l'histoire des idées et des pratiques sociales, la théorie critique des institutions, l'histoire comparée des religions et des civilisations, l'anthropologie, l'ethnologie, la pragmatique, la sociologie de la culture, l'histoire des mentalités, les cultural studies, etc.).

 

L'apport des "nouvelles sciences de l'homme" que notre Institut veut mettre à contribution – sciences nées d'une critique des critères de délimitation des champs disciplinaires sur lesquels reposaient les sciences humaines traditionnelles – a consisté essentiellement à aborder des objets classiques selon des découpages nouveaux. Elles proposent une approche "différente" des mondes anciens, modernes et contemporains, occidentaux et extra-occidentaux, en ce qu'elles s'intéressent moins à des objets conçus comme donnés d'avance qu'aux logiques culturelles, sociales, politiques ou historiques qui traversent les discours, les pratiques, les institutions et toute autre forme de production historique et culturelle humaine. Dans le social, elles s'efforcent de mettre en avant des rapports et des niveaux d'organisation, concrète et symbolique, lesquels définissent en même temps des systèmes d'intelligibilité. Afin de pénétrer de tels systèmes à l'œuvre dans les divers contextes civilisationnels ou époques historiques, cette approche du social, qui est d'abord empirique, mobilise des savoirs et des méthodes ne relevant guère des compartimentations disciplinaires traditionnelles. Le sociologue, l'historien, l'anthropologue, l'ethnologue, l'analyste des discursivités, le politologue se rassemblent ainsi autour d'objets construits en commun par la comparaison entre des terrains hétérogènes.

Opter pour ces problématiques et les démarches revient du même coup à considérer que la comparaison pratiquée par les chercheurs de l'IRCM, est une comparaison entre "systèmes de relations sociales et symboliques" historiquement déterminés. L'IRCM se démarque ainsi des approches qui abordent le "religieux" comme un a priori, postulé comme universel, comme un "donné de départ" non questionnable.

Les membres de l'IRCM entendent donc tirer la leçon cognitive de démarches et de méthodes qui nous obligent à redessiner de manière décisive le profil de nos objets d'étude, lesquels débordent les contours des distributions facultaires. A cette fin, l'IRCM nourrit ses approches d'une historicisation des formes de savoir qui ont traditionnellement porté sur ces objets d'étude.

L'horizon de travail de cet Institut sera celui de la modernité européenne et de l'époque contemporaine, née, entre autre, de la reconfiguration en Occident des rapports entre le politique et le religieux et de la confrontation complexe et contradictoire avec les mondes non occidentaux. Mais cette modernité est en même temps interrogée et mise en perspective critique, en passant par un travail de décentrement reposant sur une comparaison historique avec d'autres époques de l'histoire européenne et d'autres modèles civilisationnels. Un tel exercice comparatif a pour but de mettre en évidence aussi bien les singularités, les différences, les expressions des diversités et des marginalités au sein des formes culturelles dominantes en Europe, que des mouvements sociaux et politiques d'ensemble.

Directeur : Monsieur GISEL Pierre, Professeur ordinaire et doyen de la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'université de LAUSANNE (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Retrouvez le site de l'IRCM.