Téléphone

04.26.31.87.98.

E-mail

iserl@univ-lyon2.fr
  • L'Institut

    Toutes les informations sur l'ISERL
ECP

Les controverses publiques et les tensions relatives à « la diversité » se sont cristallisées, dans l'école et dans les autres institutions publiques, sur les signes ostensibles d'appartenance religieuse, sur l'observance de règles et d'interdits religieux, sur certains éléments des savoirs et de la culture scolaires et, particulièrement en France, sur la concurrence des mémoires et des histoires. Les demandes de reconnaissance d'identités (de genre, nationales, « ethniques » ou religieuses), d'appartenances ou de pratiques considérées comme « particulières », les réponses qui leur sont apportées, mettent à l'épreuve les modèles universalistes, républicain ou/et libéral, qui ont sous-tendu l'édification de l'école laïque.

 

Les recherches sur la laïcité de l'équipe ECP privilégient des approches politiques et pragmatiques (de l'activité des acteurs, de leurs références aux principes et aux modèles politiques, de leurs interprétations, des dispositifs et des ressources qu'ils mobilisent) en articulant deux volets.

  • Des travaux portant sur les modèles politiques mobilisés par les acteurs pour appuyer leurs débats et leurs pratiques relatifs à la laïcité : étude des tensions entre les diverses conceptions du républicanisme et de l'école laïque au tournant des XIXe et XXe siècle ; analyse des oppositions actuelles entre la référence à une forme de républicanisme libéral (qui récuse toute traduction politique de la diversité sociale) et les références au « libéralisme renouvelé » et à la « politique de la reconnaissance » (qui reconnaissent une légitimité politique aux particularités).
  • Des recherches portant sur la laïcité et les religions dans l'école, plus particulièrement sur des questions vives telles que l'enseignement du fait religieux, les menus dans les cantines, les tentatives de reconfiguration de l'espace public. Elles se proposent d'analyser les débats, les dispositifs et les pratiques mis en œuvre par les acteurs confrontés à des injonctions ou à des demandes contradictoires : universalité, légitimation des particularités ; définition de l'espace public comme un espace commun à tous, neutre, indifférent aux différences vs. comme un espace ouvert à tous, « interculturel », reconnaissant les différences ; laïcité vs. accommodements raisonnables.

Directrice : Madame Françoise LANTHEAUME, Maîtresse de conférences à l'université LUMIERE LYON 2 à l'ISPEF (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Retrouvez le site de EAM