Les Ressources

Bibliographies, notes de lectures & colloques organisés par l'ISERL.

Éditeur: ABA Éditions
Pages: 125
Lieu: Bruxelles
Année: 2015

Notes de lecture

Écrit par Jean-Pierre Chantin

Collection "Études athées"

Ce livre, premier de la collection, rassemble des textes d’un colloque organisé à Bruxelles par l’Association belge des athées en octobre 2014. Ils ont été complétés par deux autres. Le préfacier et coordonnateur, secrétaire de l’association, le destine à un « large public » dans un souci d’aborder « sérieusement » le sujet.

Les articles proposent des mises au point sur l’athéisme à travers différents espaces du monde, hormis l’Europe de l’Ouest car elle serait le trop évident continent de la rupture avec les religions, l’Amérique latine où « les cas d’espèces y sont trop nombreux » et l’Afrique noire par la complexité de sa situation. Il reste donc des regards, forts inégaux dans leur intérêt scientifique, sur l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Est, l’Italie, les pays majoritairement musulmans et le Japon.

Le défaut principal qui ressort de la lecture de ces actes est le manque d’une définition précise de l’objet : l’incroyance, la sécularisation et la laïcisation, l’athéisme ne sont pas du même ordre et représentent bien des nuances qu’il aurait été prudent de prendre en compte au préalable. Certains articles se contredisent même, par exemple à propos du Japon que l’un des auteurs cite – hors de son propos par ailleurs – parmi les pays à l’athéisme le plus fort alors que Jean-Michel Abrassart montre qu’il s’agit d’une erreur : les Japonais sont religieux mais ne se réclament pas d’une religion, un concept par ailleurs étranger à leur culture, ce qui fausse les enquêtes d’opinion qui ne tiendraient pas compte de cette donnée.

On retiendra quelques analyses fort intéressantes, outre le cas du Japon fort bien posé. Olivier Gillet montre à travers le cas du contexte orthodoxe en Europe orientale et du Sud-Est qu’y être athée revient, dans ces anciens pays communistes, à sembler renier sa nation ou sa patrie auxquelles l’appartenance religieuse est liée, voire à être perçu comme dans une « soumission à l’Occident sécularisé », d’où la difficulté à évaluer cette sensibilité. Il en est sensiblement de même pour la Pologne où les groupes qui se réclament de l’athéisme, même s’ils connaissent un renouveau selon Josef Laptos, sont encore peu audibles dans un contexte où cependant la société se sécularise face à une Église catholique jugée trop présente. Dominique Avon revient enfin sur la situation de l’athéisme en terres d’islam, au travers de la diversité de celles-ci, entre condamnations politico-religieuses d’une nouvelle génération qui utilise les nouveaux moyens de communication, et vindicte au nom d’une difficile rhétorique fondée sur les concepts traditionnels de l’islam. On ne pourra que renvoyer à ce dernier par la richesse des informations et analyses qu’il propose.

ASSISES ISERL LOGOTYPE WEB V2

http://assises.iserl.fr

  Suivez l'agenda des Assises des Religions & de la Laïcité sur la playlist Youtube

Lectures au hasard