Les Interventions

Toutes les participations de l'ISERL.

"iserl

23 novembre 2015,
ENS de Lyon - amphithéâtre Descartes, à partir de 9h15

24 novembre 2015,
UDL - grand amphithéâtre, à partir de 9h30

Renseignements :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Programme complet à télécharger en pièce jointe ci-dessous

Argumentaire

L’objectif de ce colloque international est de réunir différents acteurs étatiques et non étatiques de la société internationale qui agissent pour l’environnement et pour sensibiliser tous les publics aux enjeux du changement climatique. L’accent sera particulièrement mis sur le rôle des acteurs religieux dans l’action pour le climat au sein de leurs communautés confessionnelles et sur la scène internationale en collaboration avec les États et les acteurs non-étatiques laïques. Les changements climatiques constituent un problème complexe qui, bien qu’étant de nature environnementale, a des conséquences sur des dimensions globales tels que la pauvreté, la démographie, le développement durable, la gestion des ressources naturelles et les flux migratoires (Sachs, 2015). Le climat représente une « question sociale » au cœur des préoccupations, des actions et des discours des leaders religieux qu’il convient d’analyser afin de cerner les nouveaux enjeux religieux du XXIe siècle (Durand, 2010). Le climat représente aussi une question internationale qui touche l’humanité entière et son avenir. Une lecture strictement sécularisée de l’international ne nous permet pas de souligner l’impact sur la scène nationale et internationale des décisions et actions menées par les acteurs religieux.

Ces derniers sont des acteurs climatiques qui exercent une influence morale dans le cadre des négociations multilatérales sur l’environnement et le réchauffement climatique considérés comme des questions hautement importantes en termes de biens communs, de développement, de sécurité collective et de paix. À la 21e Conférence des Parties (COP-21) à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui aura lieu à Paris du 28 novembre au 12 décembre 2015, ce sont les États qui auront pour tâche de négocier un accord universel sur le climat. Néanmoins, les acteurs religieux, parmi d’autres acteurs non étatiques, chercheront à peser pour obtenir des décisions qui puissent freiner les conséquences climatiques dans le monde présent et pour les futures générations. Comment les acteurs confessionnels abordent ces questions environnementales au sein de leurs communautés confessionnelles et dans l’espace public? Quelles sont les stratégies diplomatiques mises en œuvre pour influencer les négociations multilatérales sur le climat? Comment la diplomatie religieuse s’articule-t-elle avec celle des États ? Comment se traduisent les modes de coopération et d’« agir communicationnel » (Habermas, 1981) engagés par les acteurs religieux avec les organisations internationales gouvernementales telle que l’ONU ?

En 1960, le Pape Paul VI avait affirmé que « le développement est le nouveau nom de la paix ». Le développement durable, la justice sociale, la lutte contre la pauvreté et les changements climatiques représentent ces nouveaux thèmes pour la paix et les biens communs. L’œcuménisme s’est progressivement engagé dans la protection des biens communs comme en témoigne le Conseil Œcuménique des Églises (World Council of Churches) qui invita les chrétiens du monde entier à un « engagement mutuel en faveur de la Justice, la Paix et la Sauvegarde de la Création » (Ribaut, 2014). L’action pour l’environnement représente ainsi un terrain favorable à l’action des leaders religieux pour la paix en ce début de XXIe siècle. Dans le cadre de ce colloque, il s’agira aussi de s’intéresser à la dimension interreligieuse, de lier l’étude de la « doctrine sociale » des institutions religieuses - aussi bien chrétiennes que non chrétiennes - sur le changement climatique à la question de la tolérance religieuse inséparable du dialogue des religions. Le dialogue interreligieux n’est pas un phénomène nouveau puisqu’il a ponctué l’histoire des religions tout comme les violences interreligieuses. Alors que les violences entre religions font le plus souvent les unes des médias à raison et l’objet de nombreuses recherches en sciences sociales, l’action interreligieuse, quant à elle, semble être négligée dans l’analyse des nouvelles relations internationales et des discours.

Il s’agit, dans le cadre de ce colloque, de consacrer une attention particulière à l’interreligieux incarné par des faits sociaux qu’il convient d’aborder par des analyses sociologiques et historiques. Ce colloque aura ainsi pour objectif d’étudier et de discuter l’action pour le climat et les chantiers pour l’environnement auxquels se consacrent les acteurs religieux dans un cadre multilatéral.

Notre réflexion s’intéressera spécialement à de grandes questions :

  • la prise en compte très ancienne par les religions des dérèglements climatiques et leur interprétation
  • les acteurs de COP 21 : un nouvel accord mondial pour le climat ?
  • la notion de bien commun dans le cadre de la lutte contre le changement climatique
  • la mobilisation des acteurs religieux
  • la lutte contre le changement climatique favorise-t-elle le dialogue interreligieux ?

Philippe MARTIN & Samadia SADOUNI

Pièce(s) jointe(s):
FichierTaille du fichierDernière modification
Télécharger ce fichier (iserl-colloque-lyon-nov2015.pdf)iserl-colloque-lyon-nov2015.pdf1451 Ko10-11-2015
ASSISES ISERL LOGOTYPE WEB V2

http://assises.iserl.fr

  Suivez l'agenda des Assises des Religions & de la Laïcité sur la playlist Youtube